Accueil
Présentation du livre
chronologie
Photos des gares
Photos du materiel
La ligne aujourd'hui
En savoir plus

 

 

 

 

 

La ligne Paris - Granville, 150 ans d'Histoire
1855 - 2005
            

Précédente Suivante

La ligne aujourd'hui

   Après un siècle de "vapeur" les dernières locomotives à vapeur quittent Argentan à l'été
1970, c'est la fin d'une époque, les diésels ont gagné, et on les voit désormais en tête de tous
les express Corail. La ligne est parcourue aussi par des autorails que nous avons présentés
dans la galerie "photos du matériel".

    Plusieurs évènements interviennent et posent la question de la pérennité de la ligne Paris -
Granville.La ligne doit affronter un coup très dur avec l'effondrement à la fin des années 1990
du "trafic marchandises" qui s'élevait à près de 300.000 tonnes. Fermeture de l'usine Dior à
Granville, disparition du faible tissu industriel local, la concurrence routière, et
l'achèvement de l'autoroute des estuaires en 2003. 
La rentabilité d'une ligne repose sur l'addition du trafic fret et du trafic voyageurs. Cette logique
est rompue et elle est accentuée encore par l'électrification de la plupart des grandes lignes,
et de la mise en place du concept TGV sur Lyon, Marseille, Lille, Le Mans et bientôt Strasbourg.
Tout cela donne un coup de vieux à la ligne Paris - Granville.

     A la SNCF en 1997 pour réduire son endettement, une réforme fait la distinction entre le
réseau ferré (les voies), qui prendra le nom de Réseau Ferré de France et l'exploitation comme -
ciale c'est à dire la fonction de transporteur avec la conduite des rames.

Malgré ces handicaps la ligne se présente comme un acquis dont on veut tirer le meilleur usage.

Le Conseil Régional  de Basse Normandie et les transports

     La politique des Régions est mise en place en 1972, dans laquelle les transports relèvent
petit à petit des régions. Ainsi le Conseil Régional de Basse Normandie devient
politiquement responsable de ses choix en matière de transports. Il est plus apte à connaître
les besoins spécifiques des diverses populations concernées.
Pour cela il bénéficie de la subvention de l'Etat qui était auparavant versée à la SNCF.
Cette nouvelle organisation se traduit par des créations de trains, par la mise en place de
dessertes avec des fréquences rythmées

     C'est ainsi que le Conseil Régional de Basse Normandie (et dans une moindre mesure celui
de Haute Normandie pour le passage dans le département de l'Eure) signe en 1993 une nouvelle
convention avec la SNCF, qui a pour but de faire le parcours de 328 km entre Paris et Granville
dans des conditions confortables avec 5 arrêts, en 3 heures de parcours, soit une amélioration
de 28 minutes sur les derniers horaires..  
                                                          

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 Dépliant d'information du Conseil Régional et de la SNCF annonçant la
modernisation de la ligne. Les premières rames seront livrées à partir de
                                          janvier 2000.

     La SNCF, les Conseils Régionaux de France et l'Alstom unissent leurs efforts pour mettre
au point un nouveau matériel le" TER" le Trans -Express - Régional
117 Exemplaires sont commandés. Pour sa part, le Conseil Régional de Basse Normandie commande 17 rames X 72500.Tri -caisse
                                                  
                                       
          Rame X 72500 - Tri - caisse, deux motrices encadrent une remorque.
                           Longueur 72, 40m -  228 passagers - poids 142,5 T

    Le Conseil Régional attend beaucoup de cette réalisation qui demande six ans pour
commander les 15 automoteurs Alstom censés être plus puissants que les TER classiques.
Car ils doivent en effet faire jusqu'à 3 trajets par jour soit 984 km ! 
La ligne qui n'a pas bougée depuis 1870 est modifiée sur une bonne partie du trajet, on
modernise aussi les télécommunications. Tous ces travaux doivent permettre de rouler à
160 km / h sur 1/3 du parcours, les 2/3 restant se font à 140 km /h.

                             

                                         Rame X 72500
Les premiers autorails livrés ont connu des problèmes importants, sur le plan technique de
la mise au point. provoquant des pannes de fermeture des portes, de climatisation, groupes
trop bruyants.
Ce qui se traduit durant l'année 2000 par une certaine déconvenue; un mécontentement s'installe
chez les voyageurs et chez les politiques de la régions, à la suite d'une série de pannes et
de retards souvent supérieurs à une heure.
De nombreuses rames ont été remises à niveau chez Alstom.

Les années passant, le taux de régularité concernant le respect des horaires s'élevait selon
le Directeur SNCF de la ligne Paris - Granville à 86%  en 2004!
Malgré la mise en place d'un programme de fiabilisation du matériel roulant sur l'année 2006,
il reste encore des efforts à accomplir pour un meilleur service à la clientèle.


                         

                               Confort intérieur des rames X 72500

S'il y a respect des horaires, on met 3 heures pour faire 328 km, ce qui est tout à fait correcte.
Temps impossible à tenir, si l'on veut réaliser en voiture le même trajet Paris - Granville, par
l'autoroute des estuaires.

Prix d'un billet normal en 2è classe, sans réduction 36, 80 E
Prix du même billet retenu à l'avance Prem's 26 E
Fréquence des trains 6 allers Paris - Granville
Fréquence des trains 6 allers Granville - Paris

Nombre de passagers au delà de Dreux 600 à 800 par jour
Nombre de passagers au delà de Dreux, le weekend 2000

Même fréquentation dans le sens Granville - Paris.  

Après la gare de Granville, les gares d'Argentan et de Flers sont en cours d'être modernisées,
afin d'offrir un meilleur accueil au public.

La ligne Paris - Granville part de la Gare Montparnasse 3

                      Gare Montparnasse moderne                           Animation à l'extérieur de la gare Montparnasse

     Le trafic ferroviaire de la gare Montparnasse est considérable. Il se décompose en trafic
TGV en direction de l'Ouest et du Sud - Ouest.
En trafic banlieue.
La ligne Paris - Granville représente environ 4 à 5% de l'activité globale de la gare.

      Si l'on regarde l'avenir de la ligne, certains espèrent un matériel plus puissant et plus silencieux,
apte à mieux faire face aux 3 allers et retours quotidiens des rames actuelles X 72500, qui
paraissent avoir été surestimées pour un tel kilométrage quotidien...Une autre génération d'auto -
rails diesel ou des rames électriques ??.

Le monde bouge rien n'est plus comme avant. Et comme beaucoup de lignes en France, la
ligne Paris - Granville est déficitaire et n'est maintenue qu'à bout de bras par le Conseil Régional
qui assume pleinement sa mission de "transports publics", pour désenclaver son territoire.

Car pour être valable face à la route, le train doit être rapide, c'est la vitesse qui compte encore
et toujours. C'est le défi que les élus du Conseil Régional de Basse - Normandie et la SNCF
tentent de relever en assurant la pérennité et la performance de notre bonne vieille ligne.

 

                                  

                                               Bon voyage -  Attention au départ...

 

Retour